Fin de l'histoire - 3 septembre 2011

2 ans et demi que cette aventure a commencé.

Il y a 6 mois, j'ai trouvé du boulot et j'ai déménagé à 300 bornes du GPZ.
Dans ma nouvelle région, j'ai fait la connaissance d'un couple qui tient un petit magasin et atelier de motos et scooters. Ca fait quelques mois qu'ils vont sur piste avec un SV 650 S.
Quelques heures de discussions plus tard, l'envie de concrétiser mon rêve est plus forte que jamais : Il faut que je piste ! Oui mais pour ça il faut une meule. Le ZX-7R est en vente, hors de question de prendre le risque de le foutre au tas. Après tout le GPZ est une ruine, et ça sera suffisant pour commencer et pour apprendre sur circuit.

Je trouve et commande un rotor d'alternateur renforcé et une roue libre.
C'est décidé, ce week end je rentre chez mes parents pour ramener le GPZ en Bretagne, je le préparerais sur le balcon. Je vire le rotor d'origine à la main ... pas normal, habituellement il faut un extracteur. Je constate que la demie lune de calage du rotor est en fait arrachée. Je fais les 2 magasins de moto du coin et je trouve finalement la pièce ! Ainsi, je monte le nouveau rotor.



Il y a quelques temps j'avais soudé quelques barres de ferraille pour réhausser l'assise. Je remonte les demis guidons d'origine et je pose les éléments pour essayer de voir comment je vais être installé sur la chignole. La position est bonne, je suis assez haut perché pour mettre des commande reculées.


Vient le moment de redémarrer la charrette. Une paire de câbles sur la bagnole et en un tour de démarreur, elle pète. Comme si elle venait de tourner. Comme à mon habitude, je sangle une batterie de voiture sur le moteur et je pars pour un essai routier. Tip Top. Cette machine n'a jamais aussi bien roulé. Je m'autorise une pointe aux alentours de 90 kms/h. Pas de casque et des freins relativement mous. Faut être con ! Ce mauvais tas de ferraille a quand même réussi à me surprendre. C'est qu'ça pousse velu pour un 500.

En rentrant j'ai regardé la moto, et j'ai fait le listing des équipements à acheter :
- Amortisseur
- Joint spy et prépa fourche
- Système de freinage avant complet
- Joints de carbus
- Un train de pneus
- Des polys
- Frein à disque à l'arrière ?
- Diverses protections
- ...

On arrive facilement à 800 €.
Ensuite j'ai calculé le prix des pièces de cette moto + tout ce que j'ai à côté, le moteur d'ER5, le rotor, le faisceau d'ER5 .... et on arrive au même tarif environ.

L'épisode GPZ est terminé. Ca ne sera pas un café racer, ça ne sera pas une pistarde.
Non pas que ce soit impossible, mais cette fois je dois me rendre à l'évidence et accepter ce qui crevait les yeux depuis le premier jour : Mettre cette meule en état coûtera les yeux de la tête.


Je vais vendre les pièces tranquillement et garder l'argent dans une cagnotte "pistarde".



J'ai appris pleins de chose grace à cette aventure. Je suis déçu que ce projet n'ai pas pu aboutir. Mais ça n'est finalement pas très grave. Il aurait juste été plus sage de prendre cette décision avant. J'ai fait des erreurs, mais c'est formateur.
Merci à ceux qui ont lu ou liront ces pages, merci à ceux qui m'ont soutenu !
Merci aux forums sur lesquels j'ai pu trouver de l'aide.

Merci.

Circuit de charge et maitre cylindre - 31 Janvier

B'soir m'ssieurs dames !

Il y a quelques jours je me suis décidé à remonter le pignon de sortie de boite approprié, celui du GPZ et non celui du ZR-7 qui aurait pu me valoir une jolie gamelle lors du dernier essai.
Pour continuer dans une idée de sécuriser mes essais, j'ai réinstallé le système de freinage avant. Rappelez vous, j'avais changé les joints d'étriers les 23 et 24 mars 2010 ... c'est donc l'occasion de tester ça. En remontant le répartiteur et la poignée de frein je me remémore très vite que les bracelets sont biens plus bas que les demis guidons d'origine, la durite qui va du maitre cylindre est donc bien trop longue et se plie comme un vulgaire tuyaux d'arrosage. Bon tant pis, y'a qu'à laisser le répartiteur pendouiller pour le moment ; vaut mieux ça que ne plus avoir de freins.
Sauf que lorsque j'actionne le levier de frein pour purger le système : rien ne se passe. Bah oui, c'était ma crainte, j'ai changé les joints d'étriers mais je n'ai absolument pas touché à ceux du maitre cylindre. A nouveau dégoûté, ce soir là je file me remettre au chaud. Je verrais pour trouver un maitre cylindre et des durits à la bonne taille plus tard.

Ce soir, 31 janvier, j'ai ressorti la vieille batterie du GPZ. j'ai poncé un peu les cosses, refait le niveau d'eau et j'ai tenté de la mettre en charge. A vrai dire j'avais très peu d'espoir de la récupérer. Je la mets en place sous la selle et plug le faisceau dessus. Contact. Zéro voyant allumé !
Logique, c'est une batterie qui a 5 ans d'inactivité si on additionne le temps où elle est restée inutilisée chez l'ancien proprio et chez moi. L'idée était quand même bel et bien de me débarrasser de cette batterie de voiture que je tiens entre mes jambes pendant les essais.
Bon pour ce soir, je ressors le proto dans le jardin, batterie de voiture again avec la fameuse paire de pinces tout en laissant la vieille batterie branchée. Je démarre sans aucune difficulté.



Lorsque que je vire une pince de la batterie de voiture, la moto cale immédiatement.
Normal ? Pas normal ?
Est ce que l'alternateur recharge bien ma batterie quand le moteur tourne ?

C'est une affaire qui roule - 16 Janvier 2011

Ca devient habituel de bosser par étapes sur cette chiotte.
Vu les problèmes rencontrés la fois précédente je décide de tomber à nouveau le moteur, et de remettre en place celui du GPZ pour voir si sa boite de vitesse est en meilleur forme.

Dépose du moteur d'ER-5 :

Déterrage du moteur de GPZ :
Et c'est reparti pour le transfert de l'alternateur, le démarreur, les arbres à cames, les pipes ...
Calage de distri et reprise des jeux, au cas où !

2h du mat', le moteur est dans la charrette, niveau d'huile ok, la flotte c'est bon, tiens d'ailleurs c'est vrai ça fuit du côté de la pompe sur ce moteur là, merde. Bon ... boite à air, câblage, batterie, pinces, nourrice .... tout est en place. Je sors le proto dans la cours ... starter, un coup de démarreur et elle pète ! Au poil.
Arf, les voisins risquent de vivre l'essai avec moi, j'ai du monter le collecteur de gauche comme un manouche ... ça fait du bruit ! :OP

Les jambes tiennent la batterie, la main droite l'accélérateur, la gauche l'embrayage, la nourrice tient comme elle peut sur mon bras, y'a plus qu'à claquer la première en espérant ne pas partir dans la haie en face, envoyant l'essence sur la batterie et le moteur ! Tout est prévu : ma conscience m'a fait signe de remonter le frein arrière à tambour. L'avant ? Non pas pour le moment. Ça cale parfois quand j'ouvre les gaz, j'dois encore pas être au top niveau carburation. ^^
Première !
J'ouvre à nouveau les yeux et je constate que je suis encore en vie. Bon bin tant mieux.
Je lâche l'embrayage et ça part sec bon dieu, mais ça part bien. Embrayage : OK !
Ca ratatouille, le son du collecteur est divinement gras, bref c'est rigolo. D'ailleurs j'allais oublier le plus drôle : je n'ai pas pu re-démonter le pignon de sortie de boite de l'ER5 car l'écrou était trop serré et ma distribution pas remontée, je risquais de casser quelque chose en forçant.
J'ai donc utilisé un vieux pignon de mon ZR7 ... ça trainait au milieu du tas de merde qui doit partir à la casse depuis 2 ans. Bon le pignon est assez déformé et mal en point mais ça fera l'affaire, il a 16 dents aussi, il rentre sur l'axe : vendu ! Oui sauf que la chaine et le pignon ne semblent pas apprécier l'affaire ; toutes les 4 ou 5 dents, la chaine monte sur des dents et saute un cran. Ouais bin je vous rappelle qu'il est 2h et que je n'ai pas d'autre solution alors ça ira bien comme ça. Je pars donc dans la ruelle non éclairée pour rejoindre un axe moins habité et tenter d'emmerder un peu moins de monde. Là aussi les lampadaires sont éteints ! La seule lumière qui se dégage du quartier ce sont les dernières ampoules de mon tableau de bord qui fonctionnent encore. le pignon craque dans tous les sens, me suppliant de m'arrêter sur le champ, la chaine s'y met à son tour en décidant de taper contre le bras oscillant : "J'ai mal ! J'ai mal !" Bon les filles soyez gentilles, c'est juste pour un essai, ça va pas durer.
1ere, 2ie, 3ie et 4ie je crois !
Argh ... je ne sais pas à combien je roule, je suis sans casque, dans le noir le plus total, avec une chaine qui me menace de bloquer la roue arrière à tout moment, je n'ai que pour seul ami mon frein à tambour. Au premier rétrogradage j'ai bien cru que la chignole allait se désintégrer.
Non, encore le pignon de sortie de boite qui m'a fait comprendre qu'il était temps de rentrer.
Bon je n'insiste pas. Au final, ce moteur tourne, il faudrait voir à faire un essai plus long en passant tous les rapports sans batterie entre les jambes, avec un pignon adapté et avec un frein avant. La pompe à eau fait un sale bruit métallique et ça fuit de ce côté, la carburation est très mauvaise. Bon, il reste pas mal de choses à voir, mais je vais pouvoir commencer à étudier le passage du faisceau et les différentes pattes de fixations manquantes sur le cadre pour ensuite le re-poncer car la rouille s'est installée, puis le peindre.

Boite HS ? Roue libre HS ? - 18 Novembre

Ca y'est ! Les bonnes nouvelles sont finies, retour à la normale avec ces innombrables emmerdes sur ce GPZ.

J'ai donc remonté la boite à air ... il m'a fallu une heure !!!
Même si elle n'est pas encore prête pour courir un grand prix, la moto prend bien mieux ses tours. J'en profite pour synchroniser les carbus, mais je décide de ne pas toucher à la richesse pour le moment dans la crainte de faire pire. Je remonte le pignon de sortie de boite et le sélecteur ... puis je fais l'essai de débrancher la batterie pour voir si la moto est autonome.

Non ! Sitôt les câbles débranchés, la moto cale. Bon ... aller tant pis, pour l'essai j'embarque la batterie de bagnole à bord avec les pinces. La grande classe !!!

Lors du premier extrait vidéo qui suit, écoutez bien les craquements au moment du démarrage, moto au point mort. J'ai de suite pensé à la roue libre de démarreur.
Une fois la première enclenchée prudemment contre le mur au cas où la moto aurait décidé de filer tout droit, plus possible de retrouver le point mort. Boite merdique ?

Lors des autres extraits, quand je roule, plus je lâche mon embrayage, plus je perds de tours minutes, et plus je suis freiné jusqu'au moment de caler violemment avec de sales bruit de boite ou de roue libre qui craque. Tendez l'oreille et si vous avez une idée d'où provient le bruit, donnez moi votre avis.


Le dernier extrait a uniquement un intérêt sonore, afin d'essayer de percevoir le comportement et les différents bruit de cet engin de malheur.


Alors ?!?
Boite merdique ?
Roule libre de démarreur en vrac ?
Autre chose ?

J'ai la possibilité de remonter le moteur noir afin de voir si les symptômes sont différents avec une autre boite, en revanche la roue libre sera la même.

Appelez moi connard ! - 17 Novembre

Mesdames et messieurs, c'est officiel :
Je suis un gros con !

Après avoir acheté un deuxième moteur, après avoir cherché pendant 5 mois la cause du problème et passé des heures à tenter de réamorcer cette foutue pompe, j'ai l'honneur de vous annoncer que la pompe à huile de mon 500 GPZ tourne très bien, que le faisceau est bon et qu'il n'y a aucun défaut mécanique ou électrique provocant l'allumage de ce voyant d'huile. Mesdames et messieurs j'avais branché le câble du manomètre de pression d'huile sur la masse d'un carter en étant persuadé que c'était un câble de masse. 5 mois pour trouver ! CHAMPION !

Néanmoins, ma carburation reste pourrie avec les cornets, voyez plutôt :




Demain j'essaierai de remonter la boite à air pour voir si il y a un changement.
Je vais pouvoir avancer à nouveau !!!

Pompe à huile toujours - 30 Septembre

Aujourd'hui, après avoir lu une autre technique de réamorçage, nouvel échec.
Je pense que la pompe tourne un peu car en donnant des coups de démarreur sans le filtre, de l'huile sort de la vis du filtre. En revanche le niveau d'huile reste plan derrière le hublot.



La technique est la suivante :

Si le témoin d'avertissement de basse pression d'huile demeure allumé ou si le manomètre indique peu ou pas de pression d'huile après 30 secondes de fonctionnement du moteur, arrêter le moteur. Desserrer le filtre à huile jusqu'à ce que le joint d'étanchéité soit à peine en contact avec la base de montage du filtre. Déconnecter le système d'allumage afin que le moteur ne puisse se mettre en marche.
Faire tourner le moteur à l'aide du démarreur jusqu'à ce que de l'huile apparaisse au niveau du joint d'étanchéité. NE PAS FAIRE TOURNER LE MOTEUR SOUS L'ACTION DU DÉMARREUR PENDANT PLUS DE 30 SECONDES. Après l'apparition d'huile au niveau du joint, serrer le filtre et essuyer pour enlever l'excès d'huile. Mettre le moteur en marche. Le moteur devrait pouvoir produire une pression normale en moins de dix secondes.

Si la méthode ci-dessus ne produit pas le résultat escompté, il peut être nécessaire de démonter le filtre et d'introduire de l'huile propre dans le trou d'entrée de la base de montage du filtre, avec une burette à huile; cet orifice est adjacent au tube fileté de montage du filtre. Ceci provoque l'amorçage de la pompe. Ensuite, remplir le filtre d'huile puis réinstaller et serrer le filtre. Le moteur devrait pouvoir établir une pression d'huile normale dans les dix secondes suivant la mise en marche. Pour éviter que la pompe à huile se désamorce, on devrait également verser de l'huile dans le carter immédiatement après la vidange. Vérifier également que le filtre vissable est installé correctement. On peut trouver les instructions d'installation imprimées sur le filtre lui-même ou sur son emballage.

Pompe à Huile 2/2 - 29 Septembre

De retour avec de mauvaises nouvelles pour pas changer !
AAC et Alternateur de GPZ sur le bloc de l'ER-5 : OK.
L'idée est de garder les 10 Cv de plus du GPZ grâce à ses arbres à cames, et d'utiliser le bloc de l'ER-5 qui a moins de kilomètres et qui semble plus sain.
La dernière fois j'avais remarqué qu'aucun repère ne collait lorsque je voulais prendre les jeux aux soupapes ... les cames sensées être mesurées étaient en appuis sur les basculeurs. 2 mois plus tard, je reviens et tout colle. Je ne sais pas quelle bière j'avais picolé ce jour là. Bon bref, c'est cool. Du coup grosse motivation, je reprends les jeux et les corrige :

Nettoyage du plan de joints :
Puis du joint :
Et je remonte une énième fois le tout :
Je refais l'étanchéité du carter d'alternateur aussi :
Je remet le filtre à huile neuf sur le nouveau moteur :
Réapparition de la beYte !
Hop ! Même pas dur.
On fait les pleins d'huile, d'eau et on emmène l'engin dans le garage :
Ça démarre !
Ça fume beaucoup, ça tourne très mal, surement à cause de la rampe et des cornets, mais ça tourne ..........................
sans huile encore une fois.
Le mécano du coin m'avait prévenu que c'était la maladie de ce moteur mais de là à désamorcer 2 pompes sur 2.
Découragé je suis allé manger. Puis en revenant j'ai prié pour qu'elle se réamorce avec la technique de la seringue : j'ai galéré un moment et rien. J'ai tenté de remplir un tube de 1,50m d'huile, posé directement dans l'orifice prévu pour le manomètre en soufflant fort avec ma bouche pour pousser l'huile dans la pompe, tout en la faisant tourner. Rien.

J'ai essayé de coucher totalement la machine pour que l'huile aille bien dans la pompe par gravité :
Pas mieux !
C'est quoi ces pompes de merde là ?!?
J'vous jure ça va finir au rupteur sans huile cette affaire là ! Avec 10 litres d'essence et un briquet pour couronner le tout !

Là j'vois pas trop comment faire ...

Foutage de gueule - 23 Juillet

Le faisceau que j'ai reçu ne comprend pas le CDI et autres boitiers électroniques. :O(

Aujourd'hui je suis passé chez le concess' du coin qui m'avait parlé il y a longtemps de pièces d'occaz', notamment un moteur de GPZ.
Je lui redemande ce qu'il en est ... il ne l'a plus, mais je lui parle de ma pompe à huile et il m'affirme que le problème est régulier sur ces moulins, "On a même déjà eu des ER-5 ou des GPZ neufs avec des pompes à huile désamorcées !!!"

Il faut alors vidanger ; ouvrir une vis du carter d'embrayage, et envoyer avec une seringue de l'huile en donnant des petits coups de démarreur pour faire tourner la pompe à huile sans démarrer afin de réamorcer la pompe.
J'ai donc passé une bonne partie de l'aprem à démonter l'alternateur fraichement remonté sur l'ER-5 .... le remonter sur le GPZ, ainsi que le démarreur.
Je retourne ensuite le moteur pour remonter la crépine sur la pompe et referme le carter d'huile en prenant soin, comme pour le carter d'alternateur de nettoyer le plan de joint et de remettre un filet de pâte à joint.

Je remonte le moteur dans le cadre, je rebranche le faisceau et j'applique les conseils de Philippe.
Au bout de quelques coups de démarreur le voyant d'huile s'éteint !!!
YAHOUUUUUU !
Aller je remets la vis de ce carter ... PAF ! Elle pète ! Dégouté, je vais manger ....

... à mon retour j'extrais avec une facilité déconcertante le restant de la vis. Pour le moment je pique celle du moteur de l'ER-5. J'suis impatient de revoir cette moto tourner avec de l'huile. Je remets de l'huile, remets les carbus, les câbles, rebranche le circuit de refroidissement, OK, les derniers câbles électriques, OK, une paire de pinces, la batterie, OK ... bon on y va ? Ah nan on va mettre la ligne d'échappement peut-être !
Le dragster est dehors, les pinces sont sur la batterie, la nourrice est pleine d'essence ... contact !
Le voyant d'huile est allumé. C'est pour vidéo gag ? Elle est où la caméra ?
PUTAIN SALOPE !!!

J'essaye ensuite de réamorcer la pompe avec la technique de la seringue pendant 30 bonnes minutes, une heure peut-être .................. rien !
J'abandonne pour ce soir, j'suis dégouté et puis d'façon y'a les essais moto GP qui commencent dans 5 minutes.

Nouveau moteur - 14 Juillet

Pour virer cette pompe à huile il est donc nécessaire de démonter le carter moteur. Ce qui suppose une nouvelle dépose moteur, quelques heures de mécanique, un bon diagnostique, l'achat d'une pompe à huile, le remontage. Par curiosité j'ai commencé à regarder les annonces concernant les moteurs. Je suis tombé sur un moteur d'ER5 à 150 € à 40 min de chez moi. Finalement je repars avec le moteur pour 100 €. (Cames un chouilla rayées, et allumage manquant)
Je m'attaque au démontage de l'alternateur du GPZ pour le remonter sur le moteur de l'ER-5 :
J'utilise l'axe de roue arrière de mon ZR-7 afin d'extraire le rotor !
Puis je tombe le démarreur pour le remonter sur le bloc gris.
Et enfin les pipes d'admission :
Les arbres à cames du GPZ semblent différents de ceux de l'ER-5, ceci provoquant un allumage différent, c'est pourquoi il me faut un faisceau électrique d'ER-5, avec un boitier CDI d'ER-5.
J'en ai également trouvé un, j'attends toujours son arrivée.
En revanche j'ai le sentiment que les connecteurs du stator du GPZ sont différents de ceux de l'ER-5, ça pourrait poser problème avec le faisceau.
Ca commence à faire pas mal d'obstacles sur ma route, mais un jour cette meule roulera ... un jour.

Pompe à Huile HS - 05 et 07 Juillet

Je termine de remonter provisoirement la beYte et suis impatient de voir ce que va donner l'essai routier. Voyant d'huile allumé, je regarde par le hublot, le niveau d'huile reste plan ! Ca confirme mes craintes : j'ai un problème avec cette foutue pompe à huile. Un peu d'essence coule de la nourrice sur le cache arbres à cames, ce qui me fait remarquer que la peinture haute température appliquée par mes soins ne supporte pas le sans plomb ! Et puisqu'on est dans les bonnes nouvelles, le circuit de refroidissement fuit toujours.

Je grimpe avec soucis la grosse vache sur des parpaings, après avoir précédement fait écrouler un cageot de cidre sous le poids de la 500.
Re-vidange et ouverture du carter d'huile :
Pour enfin lire dans la revue technique que :

"Du fait de l'entrainement de la pompe à huile par le pignon et de ses fixations situés en retrait de la couronne de transmission primaire, la pompe ne peut être déposée qu'après ouverture du carter moteur."
Il est à supposer que je sois obligé de désosser tout le moteur pour changer cette foutue pompe, ce qui suppose l'achat d'un joint de culasse, d'une distribution voir même de segments.
Ou bien de trouver un moteur d'occasion, et de garder celui-ci comme donneur d'organes. Mon budget actuel ne se prête absolument pas à l'une ou à l'autre solution.
Autant vous dire que ce soir c'est la déception.